shutterstock_1206291268.jpg
AdobeStock_303040135.jpeg

KYSTES SYNOVIAUX

Les kystes synoviaux de la main et du poignet sont des poches remplies de liquide gélatineux. Ils sont de nature bénigne. Lorsqu'ils prennent du volume, ils forment une bosse visible sous la peau. On parle de kystes arthrosynoviaux ou ténosynoviaux. Ceux-ci se développent respectivement à partir d'une articulation ou de la gaine d'un tendon.

Les principaux types de kystes synoviaux, leurs localisations, causes, symptômes et complications sont décrits ci-dessous.

KYSTE ARTHROSYNOVIAL DORSAL DU POIGNET

Tout comme le kyste palmaire, il provient d'une faiblesse de la capsule du poignet et peut disparaître spontanément. En revanche, il peut se compliquer d'une atteinte ligamentaire, responsable de douleur à la mobilisation du poignet et nécessitant une opération afin de retirer le kyste et de réparer le ligament.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

KYSTE ARTHROSYNOVIAL PALMAIRE DU POIGNET

Il est secondaire à une faiblesse de l'enveloppe de l'articulation du poignet appelée "capsule" et apparaît généralement spontanément ou suite à un traumatisme. Il peut disparaître dans les premiers mois suivant son apparition ou augmenter de volume. Il ne se complique jamais, mais peut s'enchevêtrer autours des tendons et vaisseaux environnants, rendant son exérèse délicate. Ces kystes peuvent être retirés à la demande du patient en cas de douleur ou de gêne esthétique.

KYSTE ARTHROSYNOVIAL DES DOIGTS

La faiblesse capsulaire est le plus souvent liée à l'usure appelée "arthrose" de l'articulation du doigt. On parle de kyste mucoïde. Quand le kyste se développe aux dépens de l'articulation entre les deux dernières phalanges, la peau très fine à ce niveau peut être fragilisée, et il est dès lors conseillé de le retirer afin d'éviter qu'il ne se perce et s'infecte. L'arthrose peut être traitée de manière concomitante si elle est douloureuse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les KYSTES TENOSYNOVIAUX se développent à partir de la gaine des tendons, spontanément ou suite à une inflammation locale. Ils ne sont retirés qu'en cas de gêne.